Pluie de projets inclusifs pour 2021 !

01 février 2021

Vous êtes ici

Dans le cadre de l’appel à projets FDI Axe 2, de nombreuses entreprises sociales inclusives ont déposé des projets audacieux et ambitieux pour développer l’emploi d’insertion en 2021. Petit tour de France de quelques-unes des initiatives portées par les entreprises membres de la fédération. 

De la diversification d’activités 

Plusieurs porteurs de projets ont saisi l’opportunité de l’appel à projets pour diversifier leurs activités. C’est le cas de l’entreprise d’insertion La Briqueterie - D Multiple, spécialisée dans la sous-traitance industrielle, installée dans le Pas-de-Calais, à Saint-Omer. En partenariat avec l’entreprise Proxiserve, spécialisée dans le chauffage de l’habitat collectif, elle a repéré le besoin de travailler au recyclage et à la valorisation des chaudières. Le projet permettra de recycler, dès 2021, plus de 5 000 chaudières et en 2022, 10 000, permettant la création d’au minimum vingt-six emplois d’insertion sur deux ans. 

L’entreprise d’insertion installée en Meurthe et Moselle, Néo Bois, a quant à elle fait le choix de la diversification de sa gamme de produits. Aujourd’hui spécialisée dans les terrasses en bois haut de gamme, elle travaille à la mise en place d’une collection plus large et accessible à de nouveaux clients. Ces nouvelles terrasses permettront la création de près de deux équivalents temps plein d’insertion supplémentaires, dès le premier trimestre.

Enfin l’entreprise IDEE Travaux, implantée à Brioude en Haute-Loire, a fait le pari de la diversification en se lançant dans quatre nouveaux domaines. Historiquement investie dans la propreté et les espaces verts, elle va restructurer son activité autour de plusieurs axes de développement comme la cryogénisation et l’aérogommage dans le secteur de la propreté ou la prestation de lavage des vitres en hauteur et des panneaux solaires. Le projet prévoit la création de trente emplois, dont quatorze en 2021 (onze en insertion).

Du développement commercial

D’autres entreprises ont fait le choix de la création d’emplois par le développement commercial, grâce à la mise en place de nombreux outils : création d’une plateforme de marque, développement de franchise sociale, truck itinérant…  

Ainsi, Patmouille, écocyclerie et boutique située dans le vignoble nantais, s’est saisie du numérique avec l’objectif, entre autres, de rejoindre la plateforme de vente en ligne de label Emmaüs. Forte de sa volonté de promouvoir le marché du réemploi sur la toile, Patmouille propose également des formations au numérique pour la préparation de commandes, procédé jusqu’alors absent du vignoble nantais. Pour accélérer le développement de ce service numérique responsable, l’entreprise d’insertion a mobilisé le FDI Axe 2 pour financer les travaux d’extension de son bâtiment et les achats de matériels informatiques nécessaires à la mise en place de la boutique en ligne.

Dans le Grand-Est, Vosges TLC a aussi déposé un dossier axé sur le développement commercial. L’entreprise d’insertion, spécialisée dans le recyclage du textile, a commencé à prospecter de nouveaux marchés européens et africains et va créer deux nouvelles lignes de tri pour cela, permettant la création de deux emplois et le maintient de six emplois dans les vingt-quatre mois à venir. 

Le projet porté par Service Intérim, entreprise de travail temporaire d’insertion (ETTi) implantée à La Réunion, prévoit quant à lui la mise en place d’un « truck de l‘emploi » pour les Hauts et les Cirques de La Réunion, couplé à la création de quatre nouveaux postes de salariés permanents. Ce projet permet de s’adresser à un public aujourd’hui peu touché car installé dans des zones isolées. Le projet, initialement, prévoyait la création de cinquante équivalents temps plein. Toutefois, ayant touché pour l’instant seulement 16% de la subvention demandée, l’ETTi est contrainte de revoir l’ambition de son projet à la baisse en attendant de trouver des financements complémentaires. 

Deux projets d’envergure nationale se sont aussi inscrits dans cette démarche :

  • une dizaine d’ETTi territoriales, couvrant ensemble presque toutes les régions, vont, avec le projet « Ambition Inclusion », travailler de concert afin d’accélérer fortement leur développement économique et leur impact social. Grâce principalement à l’embauche de deux salariés communs, le projet « Ambition Inclusion » vise à construire une plateforme de marque et ainsi obtenir une visibilité nationale. L’objectif à deux ans du groupement est que chaque participant du projet pourra doubler le nombre de ses salariés intérimaires et ainsi doubler son impact social.
  • LVD Energie, entreprise d’insertion du groupe provençal La Varappe, a développé une activité de construction modulaire sous le nom de Homeblok, depuis 2014. Cette activité consiste à recycler, transformer et valoriser des containers maritimes en éléments d’habitats durables, modulables, rapides à transformer et à livrer. Les métiers proposés aux salariés en parcours d’insertion - menuiserie, plomberie, sidérurgie - sont particulièrement formateurs et propices à leur ouvrir des perspectives professionnelles. Le projet « Franchise Sociale Homeblok » vise à démultiplier cet impact social au-delà de la région PACA.

De nouvelles activités

Certaines entreprises, enfin, ont saisi le FDI Axe 2 pour se lancer dans de nouvelles activités. 

Dans le cadre de la crise sanitaire, l’entreprise d’insertion Azêta, spécialisée dans la sous-traitance industrielle, développe la création d’une salle blanche en vue de répondre au marché d’assemblage des masques PRECIMASK, premiers masques 100% transparents, nettoyables, sans déchet et sans achat de consommables supplémentaires. Ce type de masque fonctionne avec un système de filtration à particules en céramique unique, durable et breveté. Dans ce projet Made in Haute-Savoie, Azêta aura en charge le lavage de pièces, l’assemblage manuel et semi-automatique, le marquage laser, la stérilisation en tunnel UV, le conditionnement final et la mise sous film. Cette salle blanche positionne l’entreprise dans un domaine d’expertise à haute valeur ajoutée et consolide son axe d’excellence industrielle vers des marchés tels que le reconditionnement d’écrans, en partenariat avec Apple.

Le dernier-né de la famille de l’’insertion, l’entreprise d’insertion par le travail indépendant (EiTI), n’est pas en reste. Pour ne citer qu’un exemple, All Inclusive du bassin rouennais, a mobilisé le FDI Axe 2 pour soutenir sa phase de création. Accueillant déjà 9 travailleurs indépendants, le FDI Axe 2 lui permettra d’accompagner quatorze nouveaux travailleurs indépendants en 2021 et en 2022.  

D’autres entreprises nouvellement créées se sont aussi lancées : Solutions Action Médiation, entreprise d’insertion installée depuis novembre 2019 sur la métropole brestoise, déploie un mode alternatif de médiation et de prévention à la résolution des conflits, à destination du secteur public comme privé. A peine lancée, le premier confinement a marqué un temps d’arrêt de l’activité mais c’était sans compter sur le dynamisme de l’équipe qui, dès avril, a remis l’entreprise sur les rails. En fin d’année, les objectifs sont maintenus et la pérennisation de l’entreprise passe par une étape de développement. Retenue dans le cadre du FDI Axe 2, Solutions Action Médiation va investir dans un nouveau local et développer sa communication pour renforcer sa visibilité territoriale. Le recrutement d’un chargé de développement est déjà fait. Objectif : doubler les parcours d’insertion en 2021 grâce à de nouveaux contrats avec les entreprises et collectivités finistériennes, au service de leurs usagers. 

Nos deux dernières visites nous mènent vers deux initiatives nationales : 

La première, appelée « Garages et loueurs solidaires » vise à permettre le « sourcing » et l’exploitation d’une flotte de voitures de location sociale et/ou véhicules partagés, pour l’insertion et la formation de personnes en situation de précarité, dans chaque département. L’objectif est d’essaimer la filière sur tout le territoire national en vue d’accroître le nombre de structures et de facto de postes. Près de cinq postes par département seraient créés, soit 500 postes au total. Le projet commencera dans quelques départements tests avec des entreprises d’insertion et des chantiers d’insertion volontaires. Pour faciliter ce développement, les outils tant décisionnels qu’opérationnels, seront mutualisés. 

La seconde, le projet Recyfe est porté conjointement par trois entreprises d’insertion spécialistes du traitement des déchets : Tripapyrus, Valo’ et Tri-Vallées. L’objectif de Recyfe est de créer, industrialiser et structurer une filière de valorisation des fenêtres en fin de vie, en fabriquant et en distribuant, au sein des entreprises inclusives spécialisées dans la gestion des déchets, une unité de démantèlement des fenêtres et portes-fenêtres usagées. A terme, l’objectif est de construire, sous la forme d’une franchise sociale, une filière complète de recyclage pour valoriser, de manière optimale, les matières. En effet, alors qu’aujourd’hui, au moins 75% des fenêtres sont jetées en mélange avec les autres déchets non-dangereux, l’objectif est de garantir un taux de recyclage des fenêtres supérieur ou égal à 90%. Cela permettra la création de huit équivalents temps plein par département, soit au total, sur 100 départements, la création de 800 emplois ex-nihilo.

 

Rendez-vous le mois prochain pour vous présenter d’autres projets soutenus dans le cadre du FDI axe 2, vous le verrez, les entreprises d’insertion démontrent une nouvelle fois leur capacité à rebondir pour aller encore plus haut !